Question ouverte: L’Etat égyptien pourri est trop impuissant et corrompu pour agir ?

Les Egyptiens exigent de Moubarak qu’il ouvre le passage de Rafah qui communique avec Gaza, qu’il rompe les relations diplomatiques avec Israël et, même, qu’il envoie des armes au Hamas. Et il y a une sorte de beauté perverse à écouter la réponse du gouvernement égyptien : pourquoi ne pas se plaindre des trois points de passage que les Israéliens refusent d’ouvrir ? Et de toute façon, le point de passage de Rafah est contrôlé politiquement par les quatre puissances qui ont produit la « feuille de route » pour la paix, dont la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Pourquoi s’en prendre à Moubarak ?

Admettre que l’Egypte ne peut même pas ouvrir sa frontière souveraine sans la permission de Washington en dit long sur l’impuissance des satrapes qui dirigent pour nous le Proche-Orient.

Qu’elle ouvre la barrière de Rafah - ou qu’elle rompe les relations avec Israël - et l’Egypte verra ses fondations économiques s’effondrer ! Tout dirigeant arabe qui prendrait ce genre de mesure se verrait ôter le soutien économique et militaire de l’Occident. Sans les subventions, l’Egypte est en faillite. Bien sûr, cela marche dans les deux sens. Individuellement, les dirigeants arabes n’adopteront plus de posture émotionnelle pour quiconque. Lorsque Sadate s’envola pour Jérusalem - « Je suis fatigué des nains », disait-il de ses homologues arabes - il en paya le prix avec son propre sang dans la tribune de la revue militaire au Caire, où l’un de ses soldats le traita de « Pharaon » avant de l’abattre.

Cependant, la véritable disgrâce de l’Egypte n’est pas dans sa réponse au massacre de Gaza. Elle est dans la corruption qui s’est incrustée dans la société égyptienne, où l’idée de service public - santé, éducation, véritable sécurité pour les gens ordinaires - a tout simplement cessé d’exister. C’est un pays où le premier devoir de la police est de protéger le régime, où les protestataires sont roués de coups par la police de sécurité, où les jeunes femmes qui s’opposent au régime sans fin de Moubarak - qui a toutes les chances d’être remis, comme un califat, à son fils Gamal, malgré tout ce que l’on peut nous dire - sont sexuellement molestées par des agents en civil, où les prisonniers du complexe pénitentiaire de Tora-Tora sont forcés par leurs gardiens de se violer les uns les autres.

Il s’est développé en Egypte une sorte de façade religieuse dans laquelle la signification de l’Islam s’est effacée au profit de sa représentation physique. Les « fonctionnaires » égyptiens et les officiels du gouvernement sont souvent scrupuleux dans leur respect de la religion - pourtant ils sont de connivence dans les élections truquées, ils tolèrent les violations de la loi et la torture en prison. Un jeune médecin américain m’a décrit récemment comment, dans un hôpital du Caire, les médecins occupés bloquaient simplement les portes avec des chaises en plastique pour empêcher l’accès des patients. En novembre, le quotidien égyptien Al-Masry al-Youm a rapporté comment les médecins abandonnaient leurs patients pour participer aux prières durant le Ramadan.

Et au milieu de tout cela, les Egyptiens doivent vivre en subissant le carnage quotidien causé par leurs propres infrastructures miteuses. Alaa al-Aswani a écrit de façon éloquente dans le journal cairote al-Dastour que les « martyrs » du régime dépassent en nombre tous les morts dans les guerres égyptiennes contre Israël - victimes des accidents de chemin de fer, des naufrages des ferry, d’effondrement d’immeubles, de maladies, du cancer et des empoisonnement aux pesticides - tous victimes, dit Aswani, « de la corruption et de l’abus de pouvoir ». Ouvrir le passage frontalier de Rafah aux blessés palestiniens - le personnel médical palestinien étant renvoyé dans leur prison gazéenne une fois les survivants ensanglantés des attaques aériennes jetés en territoire égyptien - ne changera pas le tas de fumier dans lequel les Egyptiens vivent eux-mêmes.

Sayed Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah au Liban, s’est senti capable d’appeler les Egyptiens à « se soulever par millions » pour ouvrir la frontière avec Gaza, mais ils ne le feront pas. Ahmed Aboul Gheit, le médiocre ministre égyptien des affaires étrangères, n’a pu que railler les dirigeants du Hezbollah en les accusant d’essayer de provoquer « une anarchie similaire à celle qu’ils ont créée dans leur propre pays. » Mais il est bien protégé. Comme l’est le Président Moubarak.

Le malaise de l’Egypte est à beaucoup d’égards aussi sombre que celui des Palestiniens. Son impuissance face à la souffrance de Gaza est un symbole de sa propre faiblesse politique.

Robert Fisk - The Independent

Sur le même sujet... ou presque !

Question ouverte: Fascisme & Nazisme : quelques précision?

Fascisme : [...]Au sens strict, le terme désigne le mouvement politique fondé par Benito Mussolini, ainsi que le régime qui était en vigueur en Italie quand Mussolini était au pouvoir, de 1922 à 1945. Partisan du totalitarisme et adversaire de la démocratie et du socialisme, le fascisme mussolinien se réfère également aux idées du syndicaliste-révolutionnaire français Georges Sorel, pour qui l'émancipation de la classe ouvrière passe par la violence. Ce sens strict est notamment utilisé par les historiens."

Le Fascisme fût, est, et sera toujours à gauche.

Question ouverte: Pourquoi les gens se disent tous pratiquer une spiritualité et ne vont qu'une heure par semaine à l'église?

Que ce soit les bouddhistes dont je suis, les chrétiens dont je fus et les musulmans dont j'ai beaucoup d'amis...

Question ouverte: Mariage mixte?? témoignage?

Elle est arabe et lui français, elle est musulmane et lui reconvertie depuis 10 ans, il fait le jeune du ramadan, il est circoncis depuis peu, mais il ne prie pas et ne connais pas de sourates! ils désirent se marier mais ils rencontres des difficultés, qu'en pensez vous? connaissez vous des histoires similaires?

Question ouverte: connaissez-vous l'alliance entre l'islamisme et le nazisme?

L’histoire d’une alliance entre l’islamisme et le nazisme [audio]
Par DanSK le 30 novembre 2008

Jean-Luc Aubarbier est libraire à Sarlat dans le Périgord. Il est aussi écrivain. Passionné par l’histoire et les religions, il a publié de nombreux ouvrages. Son dernier livre est un roman historique qui s’intitule “Le chemin de Jérusalem” aux éditions du Pierregord (ISBN : 978-2-35291-009-1).

Question ouverte: puisque demain c'est le ramadan, le mois de toutes les bonne conduites je vais me défouler un peut je commence?

mais j'ai pas d'idée je souffre d'une constipation cérébrale
@box en algerie ils n'ont pas l'heure d'été

@oupas y'auras pas de place libre demain on vas emporter notre ration

Question ouverte: demain le ramadan,a quelle heure mange t on a lille?

bonsoir,j'habite lille et je voulais savoir a quelle heure on allais manger demain soir car j'ai cherché sur internet et je n'ai pas trouvé.
merci d'avance et bon ramadan a vous tous

Contenu similaire :