Détournement de bateaux, piraterie maritime et droit international

Dans le feuilleton du blocus israélien contre les territoires occupés, désormais les épisodes se suivent et se ressemblent. En plus d'un blocus terrestre orchestré par l'armée israélienne, s'ajoute un blocus maritime qui s'étend aux eaux internationales...
Piraterie maritime, détournement de bateaux et droit international
Dans le feuilleton du blocus israélien contre les territoires occupés, désormais les épisodes se suivent et se ressemblent. En plus d’un blocus terrestre orchestré par l’armée israélienne, s’ajoute un blocus maritime qui s’étend au delà des eaux de l'autorité israélienne mais surtout en dépit des principes fondamentaux d'assistance aux civils en cas de guerre. En effet ce n'est pas une première : déjà plusieurs échauffourées à l'encontre de bateaux humanitaires ont été enregistré, ainsi on peut citer le « Spirit of Humanity » qui transportait des fournitures médicales, des médecins, des journalistes, des militants des droits de l’homme et plusieurs membres de Parlements européens. Au total 36 passagers de 17 nationalités différentes se dirigeant vers les territoires palestiniens, et qui ont été intercepté par la flotte de guerre israélienne dans les eaux internationales qui sont allés jusqu'à menacer d'ouvrir le feu sur le support humanitaire. Le « Dignity » qui transportait également des fournitures de premiers secours dans les eaux internationales, a lui aussi subi les menaces de la flotte israélienne avant de faire finalement demi-tour.
Au moment ou les actes de piraterie dans le monde ont le vent en poupe, essentiellement au large de la Somalie, et de la création d’une unité onusienne de défense contre la piraterie maritime, l'attention médiatique s'était pourtant porté sur ces récentes violations des traités maritimes internationaux. La rive ouest de la méditerranée fait partie intégrante des eaux internationales ce qui implique la libre circulation des navires à but humanitaire. Une ingérence dans le droit international de la sorte constitue une menace pour les statuts votés par l'ONU, remettant ainsi en cause toute sa légitimité.
Du coté des riverains de la méditerranée, les articles de l’union pour la méditerranée (UPM) sont clairs en ce qui concerne le respect du droit international, et des droits de l’homme. Cet événement tragique arrive au moment ou l'autorité israëlienne affirme « aspirer devenir membre permanent du secrétariat général de cette organisation ». De même pour l’accord d’association entre l’union européenne et Israël entré en vigueur en 2000 : cet accord économique impose d'après le deuxième texte que les pays signataires doivent respecter les droits de l’homme ainsi que les droits internationaux. Depuis cette date Israël a enfreint à plusieurs reprises les droits internationaux sans que cet accord ait été remis en cause. Deux poids, deux mesures : il semble que l'impérialisme israélien ne se contente plus des territoires palestiniens puisqu'il se propage aujourd'hui dans les eaux internationales, démontrant par là même l'insouciance à l'encontre des populations qui souffrent.

Sur le même sujet... ou presque !

Une crise financière au beau fixe enfin !... Presque.

Les places boursières européennes vont-elles sourire enfin ? Le programme de sauvetage, adoptés le 12 octobre dernier, portant sur les garanties de crédits interbancaires, aurait-il tenu ses promesses ? mais pour combien de temps encore ?

Les coulisses du cessez-le-feu

Les troupes de Tsahal ne se retireront que progressivement a prévenu Ehud Olmert. On n'en attendait pas moins. Comment Israël pourrait laisser la bande de Gaza hors de contrôle alors qu'il l'occupe depuis des décennies ?

Une annexe, à la Grande Mosquée de Poitiers, a été incendiée.

Le bâtiment est totalement hors d'usage suite à cet incendie. S'agit-il d'un incendie non volontaire ou d'un acte de dégradation ou d'intimidation lié au démarrage du chantier de la Grande Mosquée ?

Le démocrate Barack Obama, Premier Noir de l'histoire américaine à entrer à la Maison-Blanche, se veut le président de tous les Américains et acteur de tous les changements.

Blacks, blancs, Asiatiques, Latinos... ensemble, ils ont voté Obama et ont opté pour le changement .
Yes we can... yes we did it !

En France, la discrimination positive divise toujours !

Après l'élection du premier métis à la tête des États-Unis, où en est le débat sur la promotion de la diversité et de la discrimination positive en France ?

Tant qu'il y a la promotion de la diversité !

Contenu similaire :