Chapitre 5 : La fin des rîtes du Pèlerinage

La désacralisation

Elle se fait en deux étapes :

La première désacralisation
Elle se réalise par l'accomplissement de deux des trois actes suivants : la lapidation de jamrat al-aqaba, le fait de se couper ou raser les cheveux et tawaf al-ifada.

Par cette première désacralisation, il est permis au pèlerin d'accomplir tous les interdits de l’ihram en dehors des rapports sexuels.

Le moment de l'accomplissement de ces trois actes est à partir de l'aube du jour du sacrifice (10 dhoul-hajja) (à partir de minuit pour les shafi'ites).

La deuxième désacralisation
Elle se réalise par l'accomplissement du troisième acte. Tous les interdits du ihram sont, alors, permis pour le pèlerin y compris les rapports sexuels. On peut réaliser cette désacralisation le jour du sacrifice. Le pèlerin, accomplit, alors, les rîtes de Mina en étant entièrement désacralisé.

L'annulation du pèlerinage

Le pèlerinage ne peut être annulé, une fois entamé, qu'à cause des rapports sexuels, à condition qu'ils soient accomplis avant la fin des rîtes de la 'Omra pour le (moutamatti' : le pèlerin qui a choisi le tamattou'), et avant la première désacralisation pour le (moufrid : le pèlerin qui a choisi le ifrad) et le (qarin : le pèlerin qui a choisi le qiran). (Avant la présence à 'Arafat pour les hanafites).

Dans ce cas, la personne qui a vu son pèlerinage ou sa 'omra annulé doit :

  • Finir le reste des rîtes et ne sortir de l'état du ihram qu'après l'avoir entièrement accompli : « Et accomplissez pour Allah le Pèlerinage et la 'Omra. » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 196)
  • Le refaire aussitôt, pour tous les savants, s'il s'agit du Pèlerinage obligatoire. Le refaire même s'il s'agit d'un pèlerinage surérogatoire, pour les shafi'ites, car pour eux, le surérogatoire devient obligatoire lorsqu'il est entamé.
  • Immoler une chamelle (un mouton pour les hanafites).

Le manquement du Pèlerinage
Le pèlerinage est manqué si l'on manque la présence à 'Arafat, c'est-à-dire si le soleil se lève le jour du sacrifice avant de se présenter à 'Arafat. Si le manquement est à cause d'une raison valable, il n'y a pas de péché commis. Si le manquement est sans raison valable, il y a péché.

Celui qui manque le pèlerinage doit :

  • Obligatoirement se désacraliser par l'accomplissement des rîtes de la 'omra. Il n'est plus obligé de faire ni le ramy' (lapidation des stèles « jamarat » ni de passer la nuit à Mina car ces actes sont la suite de la présence à 'Arafat.
  • Refaire le pèlerinage aussitôt l'année prochaine s'il s'agit du pèlerinage obligatoire (pour tous les savants), de même, s'il s'agit d'un pèlerinage surérogatoire pour les shafi'ites.

L'empêchement
Il s'agit d'un empêchement qui empêche le pèlerin d'accomplir ou de finir le tawaf de la 'omra, ou d'être présent à 'Arafat, ou d'accomplir le tawaf de al-ifada du pèlerinage.

Pour la majorité des savants, l'empêchement consiste en tout ce qui peut empêcher le pèlerin de se rendre à la mosquée sainte. Pour les imams Malik et ash-Shafi'i, l'empêchement ne peut être qu'à cause de l'ennemi.

Il est permis à celui qui est empêché de se désacraliser, il doit alors :

  • Immoler une bête pour la majorité (les malikites ne l’exigent pas) : « ... Si vous en êtes empêchés, alors faites un sacrifice qui vous soit facile ... » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 196)
  • Immoler la bête au lieu de l'empêchement, là où il s'est désacralisé (pour les hanafites, l'immolation ne se fait qu'à la mosquée sainte, il envoie, alors, la bête pour y être immolée, ou bien il envoie sa valeur pour y acheter une bête et l'immoler).
  • Il n'a pas à le refaire sauf s'il s'agit du Pèlerinage obligatoire.

Moncef ZENATI (d’après « taysir fiqh al’ibadat » de sheikh Fayçal mawlawi)

Sur le même sujet... ou presque !

LE SACRIFICE ET L'AID EL ADHA : une sunnah et une éducation

Le terme « Oudhiya » est attribué aux bêtes que l'on sacrifie le jour de l'aïd el-Adha et les deux jours qui suivent, dans le but de plaire à Allah, et de se rapprocher de Lui.

Chapitre 1 : Al-Hajj, son statut, ses mérites, ses conditions et autres questions

Dieu dit : "La première Maison qui a été édifiée pour les gens, c'est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l'endroit où Abraham s'est tenu debout ; et quiconque y entre est en sécurité. Et c'est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le Pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas ...

Chapitre 2 : Les repères temporels et spatiaux (al-mawaqit) et l'état de sacralisation (ihram)

Les repères temporels
Il s’agit de l’intervalle de temps en dehors duquel les rites de pèlerinage ne peuvent être valides. Dieu dit : « Le Pèlerinage a lieu dans des mois connus » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 197)
Les mois du Hajj sont : shawwal, dhoul-qa'da et les dix jours de dhoul-hajja.

Les repères spatiaux

Chapitre 3 : Types de Pèlerinage

Al-ifrad
C'est le fait de formuler, au moment de l'ihram, l'intention d'accomplir uniquement le Hajj, en disant :
« labbayka bi hajj »
لَبَّيْكَ بِحَج .

Chapitre 4 : Les rîtes du pèlerinage Selon la classification de la jurisprudence

Al-ihram

C'est un pilier (rokn) du pèlerinage pour la majorité, une condition de validité (shart) pour les hanafites. Ce point a été traité en détails dans le chapitre précédent.


La présence à 'Arafat

Chapitre 6 : Les rîtes du Pèlerinage Selon l'ordre chronologique

De la décision d'accomplir le Pèlerinage jusqu'à l’arrivée au miqat

Contenu similaire :