Chapitre 1 : Al-Hajj, son statut, ses mérites, ses conditions et autres questions

Dieu dit : "La première Maison qui a été édifiée pour les gens, c'est bien celle de Bakka (la Mecque) bénie et une bonne direction pour l'univers. Là sont des signes évidents, parmi lesquels l'endroit où Abraham s'est tenu debout ; et quiconque y entre est en sécurité. Et c'est un devoir envers Allah pour les gens qui ont les moyens, d'aller faire le Pèlerinage de la Maison. Et quiconque ne croit pas ... Allah se passe largement des mondes » (Sourate 3 La Famille Imran (Al Imran), versets 96,97)

Définition d'Al-Hajj

C'est le fait de se rendre à la Mecque pour y accomplir certains rites prescrits par le Coran et la Sunna.

Son statut
Accomplir al-Hajj une fois dans sa vie est une obligation religieuse et l'un des cinq piliers de l'islam. C'est un élément reconnu essentiel et impératif dans la religion.

La majorité des savants, dont les trois imams Abou Hanifa, Malik et Ahmed, estime que c'est une obligation immédiate qu'on doit accomplir aussitôt qu'on en ait les moyens. On commet alors un péché en le retardant.

Pour ash-Shafi'i, il est permis de le retarder même en ayant les moyens de le faire, mais si le musulman meurt avant de l'accomplir alors qu'il en avait les moyens, meurt dans le péché.


Ses mérites

  • On demanda au Prophète (BDSL) : « Quelle est l’œuvre la plus méritoire ? » - Il dit : « La lutte dans la voie de Dieu ». On dit : « Et quoi d'autre encore ? » Il dit : « Un pèlerinage pur de tout péché (mabrour) » (Al-Boukhari et Mouslim)
  • « Celui qui fait le pèlerinage sans commettre ni immoralité, ni dévergondage, retourne chez lui aussi pur que le jour où sa mère l'a mis au monde » (Al-Boukhari et Mouslim).
  • « le pèlerinage pur de tout péché n'a d'autre récompense que le Paradis » (Al Boukhari et Mouslim).

Ses conditions

  • L'islam.
  • La puberté.
  • Etre responsable.
  • Avoir les moyens : physique, financier (les dépenses du voyage plus les dépenses de sa famille en son absence), la sécurité.
  • La femme doit être accompagnée d'un mahram (un homme lié à cette femme par un degré de parenté entraînant la prohibition permanente du mariage), ou d'un groupe de femmes fiables, ou d'une seule femme digne de confiance. Certains savants (dont Ibn Taymya) permettent à la femme seule d'accomplir le pèlerinage si le voyage est sûr. Certains ont permis à la femme âgée de voyager seule.

Quelques questions importantes

  • Accomplir le Pèlerinage pour une tierce personne décédée : Si une personne meurt en étant redevable du Pèlerinage, son proche doit dépenser des biens (du défunt) pour envoyer quelqu'un dans le but d'accomplir le pèlerinage pour lui. C'est l'avis de la majorité. Les malikites ne le permettent que si le défunt l'avait souhaité dans ses dernières volontés et les dépenses du Pèlerinage ne doivent pas dépasser le tiers de l'héritage.
  • Accomplir le Pèlerinage pour une tierce personne vivante : Si le musulman est dans l'incapacité physique d'accomplir le pèlerinage, il doit envoyer quelqu'un pour le faire à sa place. Ceci est l'avis de la majorité. Quant aux malikites, une personne vivante ne peut déléguer une autre pour accomplir le Pèlerinage. Ils permettent de le faire après sa mort bien qu'ils estiment ceci comme étant répréhensible (makrouh).
  • Celui qui veut accomplir le Pèlerinage pour une autre personne vivante ou décédée, doit l'avoir accompli auparavant pour lui-même.
  • Si quelqu'un accomplit son Pèlerinage en utilisant de l'argent illicite (haram), son Pèlerinage est valide pour la majorité, mais a commis un péché. Ahmed ibn Hanbal estime que le Pèlerinage n'est pas valide.
  • Il est permis de faire du commerce pendant le Pèlerinage.

Moncef ZENATI (d’après « taysir fiqh al’ibadat » de sheikh Fayçal mawlawi)

Sur le même sujet... ou presque !

Résumé des règles du « sacrifice » (al-oud-hiya)

Sacrifier une bête le jour de la fête du sacrifice (le 10ème jour de dhoul-hajja) est un rite instauré par l'islam.
Sacrifier une bête le jour de la fête du sacrifice (le 10ème jour de dhoul-hajja) est un rite instauré par l’islam.

LE SACRIFICE ET L'AID EL ADHA : une sunnah et une éducation

Le terme « Oudhiya » est attribué aux bêtes que l'on sacrifie le jour de l'aïd el-Adha et les deux jours qui suivent, dans le but de plaire à Allah, et de se rapprocher de Lui.

Chapitre 2 : Les repères temporels et spatiaux (al-mawaqit) et l'état de sacralisation (ihram)

Les repères temporels
Il s’agit de l’intervalle de temps en dehors duquel les rites de pèlerinage ne peuvent être valides. Dieu dit : « Le Pèlerinage a lieu dans des mois connus » (Sourate 2 La Vache (Al Baqara), verset 197)
Les mois du Hajj sont : shawwal, dhoul-qa'da et les dix jours de dhoul-hajja.

Les repères spatiaux

Chapitre 3 : Types de Pèlerinage

Al-ifrad
C'est le fait de formuler, au moment de l'ihram, l'intention d'accomplir uniquement le Hajj, en disant :
« labbayka bi hajj »
لَبَّيْكَ بِحَج .

Chapitre 4 : Les rîtes du pèlerinage Selon la classification de la jurisprudence

Al-ihram

C'est un pilier (rokn) du pèlerinage pour la majorité, une condition de validité (shart) pour les hanafites. Ce point a été traité en détails dans le chapitre précédent.


La présence à 'Arafat

Chapitre 5 : La fin des rîtes du Pèlerinage

La désacralisation

Elle se fait en deux étapes :

La première désacralisation

Contenu similaire :